BENOÎT D´ANIANE (saint)
Vers 750 - près d´Aix-la-Chapelle 821


Fils du comte de Maguelonne, Benoît d´Aniane fut élevé à la cour de Pépin et servit Charlemagne. En 774, il entra au monastère de Saint-Seine près de Dijon, puis, refusant l´abbatiat, il se retira à Aniane pour y imiter les rigueurs des pères du désert. Ce fut un échec. Après de longs tâtonnements, il finit par adopter la règle de saint Benoît et le nom de ce saint. L´empereur Louis le Pieux le nomma supérieur de tous les monastères de ses États. Afin d´instaurer l´unité d´observance, Benoît d´Aniane tenta de démontrer que la règle de saint Benoît contenait la substance des traditions ascétiques. Il composa d´abord un recueil des règles anciennes, Codex regularum, puis la Concordia regularum, qui est un commentaire de la règle de saint Benoît expliquée par des textes des autres règles. Une assemblée d´abbés et de moines à Aix-la-Chapelle, en 817, discuta des points non prévus par la règle, ainsi que des prescriptions devenues impraticables ; ses décisions furent promulguées dans un capitulaire en 75 chapitres, Capitulare institutum. Benoît d´Aniane, avait fondé, à Inde, près d´Aix-la-Chapelle, un monastère destiné à servir de modèle à la nouvelle observance. Il y mourut le 11 février 821.
On a reproché à Benoît d´Aniane d´avoir poussé ses prescriptions jusqu´au détail infime et d´avoir rompu l´équilibre de la journée monastique en développant d´une manière excessive la prière liturgique. Cela ne doit pas masquer les caractères positifs de son œuvre ; il a ramené dans les abbayes de l´Empire franc la régularité compromise par la politique de sécularisation de Charles Martel.
S´il ne put restaurer complètement la libre élection de l´abbé par la communauté, ses héritiers spirituels profitèrent de la décomposition de l´Empire pour arracher ce droit au pouvoir politique. En revanche, la centralisation réalisée par Benoît d´Aniane disparut avec lui. Il n´eut pas de successeur comme supérieur des abbayes de l´Empire et celles-ci reprirent leur autonomie.

Extrait de l´ENCYCOPAEDIA UNIVERSALIS


Fermer cette fenêtre pour revenir à la chronologie.